Confondu grâce à un journaliste 16 ans après le meurtre de sa femme

bro.jpg«Comment avez-vous pu dormir tout ce temps dans la chambre où vous avez tué votre femme?» avait lancé le procureur lors de son procès en assises à Bonn (Allemagne). «Je ne sais pas», avait répondu Hans-Werner Ulmen. Il a été condamné à 11 ans de prison le 17 décembre pour l’assassinat de sa femme.

Pendant seize ans, Hans-Werner Ulmen avait réussi à tromper la police, les voisins, sa famille et ses deux nouvelles épouses. Fin 1995, il avait eu des doutes sur sa paternité après avoir appris la grossesse de sa compagne. Il savait qu’elle avait des relations extraconjugales. Leurs relations se sont dégradées après la perte de l’enfant.

Une violente dispute avait éclaté au sein du couple le 20 mars 1996. Ulmen avait étouffé avec un coussin sa femme pour que « cela cesse ». Après avoir enterré Trudel dans un bois, il avait signalé sa disparition à la police. Le cadavre avait été découvert quelques semaines plus tard. Interrogé par la police, le meurtrier avait assuré qu’il ne s’agissait pas d’elle. Il avait été cru. Plus fort, il avait déclaré aux policiers quelques jours plus tard avoir eu des nouvelles de sa femme. Elle était partie à l’étranger avec un homme d’affaires portugais. Les enquêteurs l’avaient cru et refermé le dossier.

Après avoir obtenu le divorce, Ulmen s’est remarié deux fois. Même les proches de Trudel le plaignaient d’avoir eu une épouse aussi volage. En décembre 2011, le journaliste Wolfgang Kaes reprend l’enquête à zéro après avoir reçu par erreur un fax du tribunal, précisant que Trudel sera déclarée morte si elle ne réapparaissait pas endéans une année. Le reporter s’intéresse à elle car ils sont du même village. Il réinterroge tout l’entourage de la victime. L’histoire de sa disparition ne colle pas. La justice procède à une analyse génétique de la dépouille retrouvée seize ans plus tôt. Il s’agit bien de Trudel. Ulmen avoue son forfait. Tous les détails de cette histoire sur Le Matin.

 

Catégories : Cold case

Les commentaires sont fermés.