Seize ans de prison pour l'humanitaire pédophile

 

menotte.jpgThierry Darantière, 52 ans, a été condamné à 16 ans de prison pour avoir violé ou agressé sexuellement au moins 66 jeunes garçons au Sri Lanka, en Tunisie et en Egypte pendant dix ans. La peine est assortie d’une injonction de soins pendant dix ans.

 

 

Les jurés de la cour d’assises de Versailles (Paris) se sont montrés moins sévères que l’accusation, dont le représentant avait requis une peine de 18 années de réclusion criminelle. Nous avions déjà évoqué cette affaire.

Jugé depuis lundi, Thierry Darantière a reconnu les faits, sans pouvoir évaluer le nombre de ses victimes ni exclure qu’elles puissent être plus nombreuses.

Le FBI, la police fédérale américaine, avait repéré en 2011 sur internet cet ancien directeur d’une maison de retraite catholique de l’ouest de la région parisienne. La police française l’avait interpellé l’année suivante.

Les disques durs saisis chez lui renfermaient des milliers de photographies et des centaines de vidéos le mettant en scène avec des mineurs, lors de voyages en Tunisie, en Egypte et au Sri Lanka, où il s’était rendu à de nombreuses reprises après le tsunami de 2004 pour le compte de deux associations humanitaires.

Au total, sur dix ans, 41 victimes de 6 à 17 ans ont été recensées en Tunisie, 19 au Sri Lanka, six en Egypte. Si la Tunisie et l’Egypte avaient coopéré, d’autres victimes auraient sans doute été identifiées, selon les enquêteurs.

«Pédophile un jour, pédophile toujours ? « a interrogé son avocat, Me Frédéric Champagne, en s’attachant à démontrer le «travail» de reconnaissance des faits réalisé par son client, «tombé dans la facilité» offerte dans ces pays par la prostitution infantile. «Il exprime de manière autodestructrice ce qu’il sait être un crime absolu». «Il a reconnu, complètement, quatre ans après. Vous croyez pas qu’il a compris? «

Devant la cour, Thierry Darantière a concédé un «manque de discernement total» face aux mineurs prostitués qui selon lui l’abordaient : «Mes actes ont dépassé ma volonté».

L’accusé, qui s’était décrit comme un «bisexuel à caractère pédophile» devant la police, avait déjà été condamné en France en 2000 à un an de prison avec sursis pour des atteintes sur mineurs commises six ans plus tôt en Autriche.

Thierry Darantière a réitéré, voix brisée, ses «excuses les plus profondes» à ses victimes et leurs familles pour ses actes «lâches, odieux, avilissants». Selon son avocat, il ne fera pas appel du verdict.

Catégories : Pédophilie et infanticide

Commentaires

  • Pour ce genre de criminel aucune peine ne pourras se montrer à la hauteur du mal fait aux petites victimes qui vont mettre des années avant de pouvoir ésperer sans remettre et ça même après 30 , 40ans la douleur seras toujours présente , alors quand il ose vouloir se faire passer pour une victime ça c'est insupportable surtout qu'il a toujours eu le choix de le faire ou pas et il a toujours choisi , il savait pertinemment ce qu'il faisait en ayant conscience de ses actes , en plus il avait deja eu à faire à la justice pour une affaire similaire mais avec beaucoup moins de victimes . Mais la justice , notre justice c'est montré une fois de plus défaillante car ce genre de saloperie devraient être fiché , avoir un suivi judiciaire et psy à leurs frais , ne pas avoir le droit de vivre à proximité d'école , de crèche tout lieu accueillant des enfants , ne pouvoir recevoir ni vivre avec des enfants , ni avoir accès à internet et de plus nous devrions tous pouvoir avoir accès à un site internet répertoriant tous les pédophiles avec leurs lieux de résidence . De plus comment l'association humanitaire a t'elle fait au travers de ses collègues pour ne rien voir pendant aussi longtemps ? Pédophile un jour Pédophile toujours , mais bien sur que oui ça ne se soigne pas le mieux qui puissent être fait pour ces gens c'est juste atténuer , limiter les pulsions et autres envies de ces déviants sexuels

Les commentaires sont fermés.