Le violeur présumé se défend en évoquant un avantage du métier

A la fin du mois, Fredrick Gaston (51 ans) devra rendre des comptes devant la justice pour le viol d’une cliente ivre et à moitié consciente. Il a tenté de minimiser les faits en expliquant qu’elle était consentante. Selon lui, avoir des rapports sexuels avec la clientèle était l’un des avantages du métier de chauffeur Uber.

Les faits se sont produits à Miami en septembre 2017, mais l’accusé n’a été arrêté qu’en janvier de cette année. Selon la police, Fredrick Gaston a approché la victime alors qu’elle était en train de vomir à l’extérieur d’un club, visiblement sous l’emprise de l’alcool. Il a proposé de la ramener chez elle ainsi que l’ami qui l’accompagnait.

Après avoir déposé l’ami, Fredrick Gaston a poursuivi sa route tandis que la jeune femme vomissait à plusieurs reprises à côté de lui. Arrivé chez elle, il a garé la voiture et la pénétrée avec les doigts avant de la violer. Trop ivre et ayant peur d’être blessée si elle lui résistait, la victime s’est laissée faire. L’agresseur reparti, elle a demandé à un voisin d’appeler la police, en proie à des pleurs hystériques.

Identifié en décembre, Fredrick Gaston a reconnu avoir eu des relations sexuelles avec la jeune femme. « C’était du bon sexe », a-t-il décrit, expliquant que ce genre de choses était l’un des avantages du métier de chauffeur Uber. « Vous avez beaucoup de chattes », a-t-il jugé bon de préciser. Toutes les informations ici.

Catégories : Crimes et scandales sexuels

Les commentaires sont fermés.