Fusillade dans un centre commercial aux Pays-Bas

Schietpa.JPGLes Pays-Bas étaient en état de choc dimanche au lendemain de l'acte de folie meurtrière d'un homme de 24 ans. Tristan van der Vlis a ouvert le feu dans un centre commercial bondé d'Alphen aan den Rijn, tuant six personnes et en blessant une dizaine, avant de se donner la mort.

"Alphen aan den Rijn ne sera plus jamais comme avant", "Pourquoi? Nous sommes incrédules et choqués", "Les Pays-Bas ont perdu leur innocence" : les quelque 5.400 messages postés sur le registre de condoléances ouvert par la mairie sur l'internet ne laissent aucun doute sur la consternation des Néerlandais, peu habitués à de tels accès de violence.
Samedi en début d'après-midi, Tristan van der Vlis pénètre dans le centre commercial "de Ridderhof", à proximité duquel il vit. La journée est ensoleillée, de nombreuses familles avec enfants font leurs courses. Pendant une vingtaine de minutes, le jeune homme parcourt d'un pas assuré, sans hâte, les galeries couvertes du centre, tirant à l'arme automatique sur passants et commerçants, avant de se suicider.
Son geste reste inexpliqué : dans la lettre d'adieu qu'il a laissée à ses parents, rendue publique dans la nuit, il exprime son mal-être et ses envies de suicide, mais rien ne laisse présager la tragédie. Tristan, qui était membre d'un club de tir et disposait d'un permis de port d'arme pour cinq armes à feu, avait eu des soucis avec la police en 2003 pour des faits relatifs à la loi sur les armes et munitions, selon les dernières informations du parquet. L'affaire avait été classée sans suite.
Sur Twitter, où circule la photo du jeune homme, front haut, cheveux châtains courts, un sourire crispé entre des pommettes saillantes, des Néerlandais s'interrogent : "personne n'a-t-il remarqué qu'il allait déraper?", "comment un garçon de son âge  pouvait-il détenir une arme aussi meurtrière?". 

Catégories : Serial-killers et tueurs de masse

Les commentaires sont fermés.