Un violeur numérique sévissait à la Marine nationale

PHOTONEWS_10175491-007.jpgDes mois d’enquête ont permis d’identifier un webmaster de l’armée française indélicat. Son passe-temps consistait à détourner les photos de ses collègues pour les poster sur des sites pornos.

Le sous-officier, dont l’identité n’a pas été révélée, récupérait les photos de femmes militaires sur le trombinoscope des bases de Nîmes et de Hyères. À partir de là, il complétait sa banque de données en volant d’autres photos sur les profils Facebook et Copainsdavant de ses victimes. Il retravaillait ensuite les images pour en faire des clichés pornographiques. Il prenait un malin plaisir à mettre ses collègues militaires dans des situations humiliantes ou dégradantes. Ses œuvres étaient ensuite postées sur des sites pornographiques.
La première plainte a été déposée en février 2010. En tout, 39 femmes, âgées de 25 à 45 ans, ont été victimes de photomontages obscènes. Selon leur avocat, il s’agit de «viols numériques. Exclu de l’armée, le webmaster sera jugé à Marseille.

Catégories : Crimes et scandales sexuels

Les commentaires sont fermés.